PRIX FOCUS #1 : PORTRAIT

Emma Riviera, photographie extraite de la série USA, 2018

LAURÉATE EMMA RIVIERA

Photographie extraite de la série USA, 2018

J’ai découvert Desmond via un article sur les dragkids. Peu de temps après, en voyage aux États-Unis je tombe sur lui et sa mère à Coney Island. Immédiatement je lui demande de le prendre en photo, il commence à prendre la pose, le plus naturellement du monde, en pleine rue. 

Cette rencontre inattendue et les photos de street photography réalisées là-bas m’ont poussé à revenir à New-York en 2019 pour continuer mon projet entamé avec Desmond.

Après une licence de cinéma à la Sorbonnes, Emma Riviera entre en master à l’École nationale supérieure de photographie. Impliquée au sein de l’Association des étudiants de son école, elle participe au commissariat de l’édition 2019 de leur exposition collective WIP, Work in progress.

@emmsi.r

Louise Mutrel, Tsukimi, Tokyo, 2018

FINALISTE LOUISE MUTREL 

Tsukimi, Tokyo, 2018

Au Japon, à la nuit tombée, certaines images persistent. Comme on craquerait une allumette, elles font irruption dans le noir pour aussitôt disparaître et s’éteindre. Ce sont des images-fantômes qui dorment au sous-sol, patientent dans les jardins ou surgissent à un carrefour. Contemplation nocturne, images-lucioles, trame d’un rêve sans ombres qui durera jusqu’aux premières lueurs. 

Louise Mutrel débute son parcours à la HEAR en 2011 puis intègre l’Ensp où elle obtient son diplôme en 2019. Entre 2017 et 2018 elle étudie à la Kyoto University of Art and Design dans le cadre d’une année de césure au Japon. Elle y développe des projets éditoriaux avec des maîtres artisans de Washi (papier traditionnel japonais), et confronte cet art ancestral aux nouvelles pratiques de l’image numérique afin de créer des livres hybrides et ouvrages uniques. Ses photographies nocturnes cherchent à toucher à l’impermanence des choses, elles sont révélatrices d’un profond attachement, dans son travail, à l’intuition et l’expérience. 

louisemutrel.com

@louise.mutrel

Adrien Julliard, Regarder les pecheurs au loin avec un bouquet de mimosa devant la tête au couché de soleil, série Demain, j’irais cueillir des fleurs, 2019. 

 FINALISTE ADRIEN JULLIARD

Regarder les pecheurs au loin avec un bouquet de mimosa devant la tête au couché de soleil, série Demain, j’irais cueillir des fleurs, 2019. 

« Cette photographie a été prise au mois de février sur la plage de Piémanson. J’éprouve une fascination pour les bouquets de fleurs et l’aspect théâtral qu’ils peuvent apporter. J’imagine des micro-actions destinées à être photographiées en fonction de l’histoire de ces fleurs. Le mimosa est souvent associé au soleil à la caresse ou la sensualité. Ici, il obstrue le visage et les 5 sens. Il devient sujet, acteur principal de la scène. »

Né en 1996 à Saint Julien en Genevois, Adrien Julliard est diplômé de l’Institut supérieur des arts de Toulouse. Profondément touché par la manière dont les gens se rassemblent à travers des gestes banals, il intègre l’École nationale supérieure de la photographie en 2018 où il est actuellement étudiant. 

@pinpin_desiles 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :